Le stress est souvent évoqué comme la source de nos maux. Il est difficile à supporter et semble impossible à gérer. Pourtant, nous verrons que le stress est utile. Il est bien souvent lié à nos émotions. Enfin, il est tout à fait possible de gérer son niveau de stress voire de le transformer.

Qu’est-ce-que le stress ?

Avant toute chose, le stress est un mécanisme de défense de notre organisme face à une situation. Et oui, afin de pouvoir appréhender cette situation et nous adapter, notre organisme déploie un ensemble de moyens physiologiques et psychologiques pour que nous maintenions notre équilibre.
C’est Hans Selye qui a mis en avant la définition du stress et ses mécanismes dans les années 1920.

Comment réagit mon organisme face au stress ?

Hans Selye a défini 3 phases de réaction à un contexte stressant : le syndrome général d’adaptation.

La première, la phase d’alarme : notre organisme produit des hormones dont l’adrénaline, pour nous permettre de réagir immédiatement. Peu importe la réaction, ce sera peut-être la fuite ou la lutte, dans tous les cas la réponse sera adaptée à notre réalité du moment.

La deuxième, la phase de résistance : elle succède à la première phase quand le contexte stressant dure dans le temps. Notre organisme, toujours en quête d’équilibre, produit des glucocorticoïdes. Ce sont des hormones qui augmentent le taux de sucre pour apporter l’énergie nécessaire au cerveau, au cœur, aux muscles. Cela se fait naturellement !

La troisième et dernière phase est celle de l’épuisement. C’est là que les choses se gâtent. Soit la situation stressante s’amplifie soit elle perdure dans le temps. Quoiqu’il en soit, notre organisme perd les pédales. Il sécrète tout azimut des hormones, l’équilibre ne se fait pas, il est submergé, il s’épuise. C’est dans cette dernière phase qu’il peut y avoir des conséquences néfastes sur la santé physique et/ou mentale.

La bonne nouvelle : le stress est salvateur dans les 2/3 des situations.

Alors, pourquoi dit-on que le stress est mauvais pour la santé ?

Bien souvent, nous n’écoutons pas les signaux envoyés par notre corps. Notre organisme trouve un équilibre physiologique interne, mais c’est à nous de trouver la réponse adaptée à cette situation stressante.

La situation stressante peut avoir une source extérieure. Mais bien souvent, la source est interne. Il est fréquent que nous provoquions tout seul notre stress par nos pensées ! Nous sommes les meilleurs scénaristes de situations catastrophes avant même qu’elles ne se produisent. Or, notre cerveau ne fait pas la différence entre nos pensées et la réalité. Il va produire les mêmes hormones parce que vous avez peur d’une (im)probable situation que si vous êtes devant un lion affamé.

Hans Selye (toujours lui) présente 3 types de réaction à une situation stressante : la fuite, la lutte et la réponse adaptée. Dans les 3 cas, ce qui va définir si notre stress est positif ou négatif, c’est le résultat.

Si nous sommes satisfaits de l’issue de la situation, nos émotions sont plaisantes (soulagement, joie, euphorie). Bien souvent, personne ne pense ni n’emploie le mot stress. Pourtant le mécanisme de défense se sera bien mis en place.

En revanche, si le résultat n’est pas à la hauteur de nos attentes, alors nos émotions sont désagréables (déception, colère, peur). Et là, notre stress est mis en cause.

Pourtant, c’est bien dans la troisième et dernière phase que notre niveau de stress peut impacter notre santé. Parce que nous n’avons pas perçu les alertes, les signaux de notre corps. Parce que nous avons tu nos émotions. Parce qu’il peut-être difficile d’agir.

Je ne veux plus être stressé(e) !

Comme nous l’avons vu précédemment, le stress est un mécanisme de défense de notre organisme. Il est donc impossible de ne plus être stressé(e). Et c’est mieux ainsi, pour maintenir notre équilibre interne et externe.

Je veux gérer mon stress et être calme

Il est préférable de dire que nous pouvons réguler notre niveau de stress. Pour cela, a pratique de la sophrologie est votre alliée. Les exercices proposés permettent effectivement d’agir « à chaud » pour retrouver calme et lucidité. Avec la sophrologie, vous entrez en contact avec votre corps, vous êtes à l ‘écoute des signaux de votre organisme, vivez pleinement vos émotions. La régularité de la pratique devient préventive :

  • vous appréciez votre stress à son juste niveau,
  • vous célébrez votre capacité d’adaptation.

Où quand et comment pratiquer la sophrologie ?

Cela dépend de vous et de votre besoin. Les séances collectives aident à la régularité, vous vous inscrivez pour quelques séances ou à l’année et serez ainsi motivé(e) pour pratiquer toutes les semaines. Au fil des semaines, vous sentirez un bien-être s’installer. L’avantage de l’accompagnement en séances individuelles c’est que nous travaillons sur un objectif précis avec vos ressources à vous. L’accompagnement est une thérapie brève. Ensuite, pour entretenir votre motivation vous pourrez poursuivre avec des séances de groupe.

Je suis à votre écoute au 07 83 27 95 78

Vous pouvez aussi prendre rendez-vous en ligne