le passé n’existe plus, le futur n’existe pas… seul le présent compte.

(...) Notre pensée est constamment projetée vers le passé ou l’avenir. Nous regrettons ce qui n’est plus, redoutons ce qui n’est pas encore. Et pendant que nous nous débattons avec des hypothèses, torturés par des aspirations toujours plus élevées, nous oublions de savourer ce qui est. Si nous faisions l’inventaire, à chaque instant, de ce qui nous est donné, nous en verrions l’extraordinaire. (...)

Pierre Rabhi